Tendances de l’alimentation - Du goût, du vrai et du sens

8 novembre 2018/Margot Zbinden

Que mangerons-nous dans les deux années à venir? Le Salon international de l’alimentation de Paris, qui s’est tenu du 21 au 25 octobre 2018, nous renseigne sur ce qui bout dans la marmite des industriels de l’agro-alimentaire ainsi que sur les attentes des consommateurs à travers le monde.

7'200 exposants. 400'000 produits sur une surface de 250'000 m2, 160'000 visiteurs issus de 194 pays, 801 finalistes candidats au Grand Prix de l’innovation…  Le SIAL, qui se déroule tous les deux ans à Paris, est bel et bien la grand-messe mondiale de l’alimentation.  On y croise les journalistes et bloggeurs à l’affût de nouvelles tendances et  surtout les acheteurs de la grande distribution venus faire leurs emplettes pour garnir les rayons des supermarchés dans les deux années à venir.  Entre les allées où chaque fournisseur essaie de jouer des coudes pour vendre ses produits, tous ont une seule question en tête: mais que veut donc le consommateur d’aujourd’hui?

L’analyse se fait à la fois en scrutant l’offre des exposants et en se penchant sur les résultats de l’étude quantitative et qualitative Food360 réalisée en amont auprès des consommateurs, des restaurateurs et des industriels de l’agro-alimentaire d’Europe, d’Asie, des Etats-Unis et du Moyen-Orient (voir méthodologie ci-dessous). Les deux convergent fort heureusement. Et les enseignements sont multiples.

Du goût

Le goût effectue son grand comme back. 66% des consommateurs déclarent faire de plus en plus attention à choisir des produits de grande qualité pour se faire plaisir. Si le plaisir est procuré avant tout par la qualité, il l’est aussi par la découverte. 62% des personnes interrogées à travers le monde dans le cadre de l’étude Food360 affirment aimer découvrir de nouveaux produits avec une identité bien marquée. Artisans et industriels répondent à cette demande en mettant en avant le vrai goût sans artifices ou le goût intense sur les emballages ainsi que des recettes exotiques.

glaçage-gout-forts

Sur les étals du SIAL, l’accent est mis sur le goût qui se veut puissant et le plus naturel possible pour répondre au besoin de plaisir du consommateur. On se délecte d’aliments à base de truffe, de safran, de gingembre, de viandes longuement maturées ou de vinaigre balsamique à râper comme du Parmesan. Les fabricants font largement appel à des processus naturels comme l’infusion et la fermentation pour intensifier les saveurs des aliments.

boule-a-raper

Du vrai

Lassés par les scandales alimentaires et les possibles effets néfastes des additifs sur leur santé, les consommateurs sont devenus de plus en plus avertis et en demande d’authenticité.

9 consommateurs sur 10 à travers le monde font de plus en plus attention à ce qu’ils mangent, réclament une nourriture plus authentique, plus naturelle et plus sûre. En Europe et en Russie, 59% des personnes interrogées expriment un besoin de transparence sur la composition des produits et la liste des ingrédients. Aux Etats-Unis, cette proportion s’élève à 79% alors qu’au Moyen-Orient, ils sont 77% à souhaiter des produits 100% naturels. Du côté de l’Asie, c’est le bio qui fédère le plus. 78% des habitants de l’Asie du Sud-Est consomment bio, contre 66% en Chine.

Le végétal, les superfoods et la naturalité sont plébiscités. Message entendu, les allées du SIAL regorgent de produits aux listes d’ingrédients de plus en plus courtes, dépourvus d’intrus suspects. Les labels de qualité et le BIO sont bien présents. Si, pour cette dernière catégorie, les industriels se trouvent face à un problème d’approvisionnement, ce sont les start-up de plus en plus nombreuses qui prennent le relais pour satisfaire la demande.

Carrés-Futés-tablettes

Du sens

Le consommateur s’impose de plus en plus comme un acteur du développement durable. Son alimentation se doit d’être porteuse de sens.  Il demande que les ressources de la planète soient préservées en optant par exemple de plus en plus pour une alimentation flexitarienne (moins de viande), veut des emballages recyclables, insiste sur la lutte contre le gaspillage, se soucie des conditions d’élevage et exige que les agriculteurs soient rémunérés au juste prix. La baisse de la consommation de viande se confirme au profit du poisson, des produits d’origine végétale et des fruits et légumes. 78% des consommateurs affirment privilégier les circuits locaux autant que faire se peut  et 88% des personnes interrogées tentent de réduire le gaspillage alimentaire.


 

Food360

La planète sous la loupe

Depuis 2012, l’étude internationale Food360, menée par Kantar TNS, décrypte les comportements et attentes en matière d’innovations alimentaires.

Elle explore les comportements alimentaires ainsi que les attitudes et perceptions à l’égard de l’alimentation et de la santé.

La méthodologie

10 zones/ pays couverts

France, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Russie, Pologne, USA, Chine, Asie du Sud Est (Malaisie-Indonésie) et Moyen-Orient (Emirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Qatar, Oman, Bahreïn).

Pour chaque pays

Echantillon de 500 individus âgés de 18 ans et plus (sauf Chine, Moyen Orient et Asie du Sud-Est: 18-55 ans), représentatifs en termes de sexe, âge, région et catégories socio-économiques selon la méthode des quotas.

Interviews

Réalisées online en mars-avril 2018.

 

Margot Zbinden

Écrit par
Margot Zbinden

Lire ses articles

Chez Reitzel, Margot est responsable de la communication et du digital. Elle soutient l’équipe Marketing et coordonne les projets numériques.